6955 Christophe-Colomb, Bureau 104
Montréal 514-794-4410

English

Glace ou chaleur?

winter-scene

Cet hiver et ses trottoirs glacés amène un fois de plus son lot de chutes et de faux mouvements. J’ai eu en clinique un grand nombre de patients qui sont venus me consulter pour des douleurs diverses, des entorses ou des ecchymose dûes à des chutes sur la glace. La question que plusieurs se posent: faut-il appliquer de la glace ou de la chaleur?  Voici quelques lignes directrices afin de prendre une décision éclairée:
 

LA GLACE

Le réflexe: Très court terme. Douleur aiguë, enflure, chaleur, rougeurs, inflammation.

Pourquoi?: Ralentir le flot sanguin local, diminuer l’enflure et empêcher que l’inflammation et l’épanchement sanguin ne prennent des proportions exagérées.
S’il y a douleur, enflure, rougeur et limitation, il peut être utile de mettre de la glace afin de contrôler l’inflammation. Dans ce cas, il faut contrôler le processus inflammatoire et non pas l’éliminer complètement. Un peu à l’image de la fièvre, l’inflammation est une réaction de défense immunitaire du corps face à une agression.

Le risque: Augmenter les raideurs et spasmes musculaires, ralentir le processus de guérison, congestionner la zone blessée. Il faut savoir que la glace ralentira l’effet circulatoire et empêchera le sang et le liquide lymphatique de retourner dans la circulation générale et d’être éliminés.  Les muscles et les tendons se raidiront et auront éventuellement plus de difficulté à récupérer.
 

LA CHALEUR

Le réflexe: Douleur chronique ou aigue, tensions, raideurs, spasmes. Le meilleur des deux mondes si accompagné par des manœuvres pour favoriser la circulation et l’élimination des blocages.

Pourquoi?: Favoriser la circulation sanguine, stimuler la détente et la réparation des tissus endommagés. S’il n’y pas de symptômes inflammatoires ou d’enflure prononcée mais qu’il y a malgré tout de la douleur, des raideurs et des limitations il est plus adapté d’appliquer de la chaleur. Cela permettra au corps de détendre les muscles et le tendons, d’augmenter la souplesse et stimuler les processus normaux d’auto-guérison. Ainsi, les spasmes musculaires, les douleurs et les tendinites chroniques tout comme les spasmes musculaires répondent mieux à la chaleur.

Le risque: Augmenter l’inflammation si on ne s’assure pas de faire circuler les zones périphérique. Il faut donc accompagner la chaleur d’un massage ou d’acupuncture afin de permettre à l’inflammation et à l’enflure de faire leur travail mais aussi de circuler et d’être éliminés par le corps.

Évidemment, d’y aller avec ce qui vous semble le plus confortable reste une bonne façon de choisir entre la glace et la chaleur. Il faut toutefois garder en tête que le corps met en place des mécanismes dans le but de se réparer et de guérir. Il faut accompagner ces processus et non pas les ”endormir” à tout prix. Il demeure toujours important de consulter un professionnel de la santé afin d’obtenir un avis éclairé et des conseils adaptés à votre situation particulière.

Pour poursuivre la réflexion, Tom Bisio dans son podcast ‘‘Ice is for dead people” élabore sur cet enjeu crucial.

Bon hiver à tous, soyez prudents mais amusez-vous!